Communiqués de presse relatifs au Gouvernement wallon du jeudi 3 décembre 2015

Des vitamines pour l’économie wallonne

Deux réformes économiques d’ampleur basées sur la simplification et l’efficacité – le dispositif de soutien aux entreprises et à la recherche dans les domaines de pointe.

750 millions de financements pour le développement économique et l’emploi à travers les outils financiers.

Le Vice-Président du Gouvernement wallon, Ministre de l’Economie et de l’Innovation, Jean-Claude MARCOURT, avance dans deux réformes fondamentales qui confirment la place dévolue à la création d’activités et d’emplois, fil rouge du Plan Marshall 4.0.

Sur sa proposition, le Gouvernement de ce jeudi 3 décembre 2015 adopte en troisième lecture la réforme de spécialisation intelligente et valide la nouvelle stratégie du dispositif de soutien aux entreprises. Il confirme enfin, le détail de la répartition des moyens financiers du Plan Marshal 4.0, des fonds Feder et des crédits classiques dans les outils financiers wallons pour un montant total de 750 millions d’euros.

Nouveau régime de soutien aux entreprises wallonnes.

La réforme concerne les aides dites de premier niveau, en d’autres termes, les aides d’amorçage. L’ensemble du dispositif est restructuré en un portefeuille qui couvre l’ensemble de la vie de l’entreprise : de la création à la croissance, en passant par la transmission. La réforme vise à mettre en place des aides plus flexibles, rapidement activables et complètement harmonisées. Les entrepreneurs se référeront dorénavant à un portefeuille d’aides logé sur le portail unique de l’AEI (l’Agence de l’entreprise et de l’Innovation). 

La Wallonie confirme sa stratégie de spécialisation intelligente en réformant en profondeur la politique de recherche.

La stratégie de spécialisation intelligente portée par le Gouvernement va permettre de concentrer les moyens dédicacés à la recherche autour de secteurs de pointe. Cela signifie, concrètement, que les budgets consacrés aux pôles de compétitivité et à la recherche s’orientent, plus encore aujourd’hui qu’hier, vers des domaines spécifiques qui débouchent sur des produits de niche, vecteurs de nouveaux emplois. Les projets seront désormais construits systématiquement dans une dynamique partenariale interdisciplinaire et interuniversitaire. La gouvernance extérieure est renforcée par le biais d’un jury indépendant. Cette nouvelle stratégie pousse la recherche appliquée et les projets industriels des 6 pôles vers des disciplines telles que les nanotechnologies, la photonique, les lasers, l’imagerie digitale, la transformation des matériaux, les technologies avancées dans le recyclage des matériaux, les propriétés pharmaceutiques et nutritionnelles exceptionnelles dans l’agro-alimentaire, les biotechnologies, les applications numériques ou encore les industries créatives. A noter que la Commission européenne vient de délivrer un avis positif quant à cette stratégie.

Le soutien à l’économie renforcé durablement.

Enfin, la dernière décision concerne la mobilisation des moyens budgétaires alloués aux outils financiers publics. Le Ministre MARCOURT annonce une enveloppe de 750 millions d’euros pour booster le développement économique et l’emploi à travers les fonds FEDER, le Plan Marshall, et les budgets wallons y relatifs. Les moyens seront ici concentrés au niveau des outils financiers publics pour, de manière très concrète, doper la croissance, l’innovation, l’internationalisation et l’accompagnement renforcé à l’entrepreneuriat.

Le Ministre MARCOURT présente une série de décisions ce jour qui vont véritablement faire office d’électrochoc au niveau de l’économie wallonne : « Nous faisons des choix stratégiques qui modifient durablement les politiques en matière de recherche et de soutien aux entreprises en Wallonie. Les maîtres mots sont la simplification et l’excellence au service de celles et ceux qui lancent un projet, qui entreprennent ».

 

Plan Marshall 4.0 – Première évaluation encourageante

Ce jeudi 3 décembre, le Gouvernement a réalisé un premier exercice de suivi de la mise en œuvre du Plan Marshall 4.0., sur base d’un rapport du Délégué spécial.

Cet état d’avancement au troisième trimestre 2015 a permis au Gouvernement de vérifier pour chaque axe du Plan, les éléments suivants :

  • Le respect du planning de mise en œuvre 
  • Les principaux constats et recommandations du Délégué spécial

Ce premier exercice de suivi a permis de dresser un premier bilan encourageant de la mise en œuvre du Plan.

Ainsi, depuis l’adoption du Plan Marshall 4.0, le 29 mai dernier, les étapes suivantes ont été franchies :

Lancement de la méthodologie de suivi

La dynamique Marshall a toujours été caractérisée par  ses principes de bonne gouvernance afin de garantir un pilotage précis, rigoureux et objectivé. Depuis son adoption en mai 2015, toutes les étapes de consolidation ont été menées, à savoir :

  • Finalisation de la maquette budgétaire déclinant l’enveloppe budgétaire spécialement dédicacée au Plan par année, mesures et actions.
  • Fixation des budgets 2016 pour le Plan Marshall 4.0 : 452 millions d’euros et à presque 45 millions en financement alternatif afin de poursuivre les projets d’infrastructures financés au travers du programme Sowafinal 2.
  • Définition des objectifs, identification des indicateurs de réalisation et cibles
  • Établissement d’un programme d’évaluation du Plan
  • Définition d’une charte graphique et des obligations en matière de communication pour les opérateurs
  • Lancement d’un site de référence consacré au Plan Marshall 4.0, hébergé sur le portail « Wallonie.be », afin de guider l’utilisateur potentiel en fonction de son profil d’utilisateur (étudiants, entreprises, travailleurs, chercheurs…)

→      AXE 1 – Faire du capital humain un atout

  • Enseignement qualifiant, formation professionnelle et formation en alternance

Lors du Gouvernement conjoint RW-FWB-RBC-Cocof de février 2015 des premières étapes essentielles au développement de l’alternance ont été franchies :

  • L’adoption d’un accord pour la mise en œuvre concrète de l’Office francophone de la Formation en alternance, qui deviendra la structure unique de pilotage de l’alternance
  • Le premier Contrat commun d’alternance pour les jeunes en formation
  • La reconnaissance de l’égalité des certifications délivrées aux jeunes en apprentissage à l’issue des formations, qualifiantes ou non
  • Programme de mise en œuvre du service d’information, de sensibilisation et d’orientation tout au long de la vie

Le Gouvernement conjoint RW-FWB-RBC-Cocof de février 2015 a pris diverses initiatives en faveur de la formation et de l’orientation tout au long de la vie à savoir :

  • La mise en place des « bassins Enseignement qualifiant - Formation – Emploi », véritables coupoles stratégiques entre les écoles, les opérateurs de formation et les entreprises
  • Le renforcement du service francophone des Métiers et des Qualifications qui va pouvoir tripler le nombre des profils de formation
  • Relance des bourses d’aide à l’apprentissage linguistique : le « Plan langues »
    • Les dispositifs d’apprentissage d’une ou de plusieurs langues étrangères existants ayant fait leurs preuves sont poursuivis, en collaboration avec la Fédération Wallonie-Bruxelles, et ont été orientés davantage sur les connaissances « business » pour mieux répondre encore aux besoins des bénéficiaires

→      AXE 2 – Soutenir le développement de l’industrie par une politique d’innovation et de croissance des entreprises

  • Stratégie wallonne de spécialisation intelligente 

Le GW a approuvé en première lecture, le 3/09/2015, la Stratégie wallonne de spécialisation intelligente, document qui précise les principes de la stratégie, mais également le positionnement des acteurs du paysage de la recherche. La nouvelle stratégie définie place la recherche et l’innovation au cœur du développement économique de la région, avec l’excellence comme objectif premier. Seuls les meilleurs projets seront financés. La stratégie proposée est complémentaire à la politique des pôles établie en Wallonie. Elle renforce la dynamique de mise en réseau des acteurs de la recherche avec les acteurs économiques. Le lien de la Recherche avec l’Industrie est ainsi clairement confirmé afin de densifier le tissu industriel de la Wallonie dans des domaines porteurs de croissance et vecteurs d’emplois durables.

  • Nouveau décret relatif au soutien à la Recherche et à l’Innovation 

Un nouveau décret « recherche » a été adopté par le Parlement Wallon le 21/05/2015 (adopté par le GW le 2/04/2015). Il organise  une meilleure articulation de l’ensemble des dispositifs de soutien à la recherche. Les rôles de l’ensemble des acteurs ont été précisés/redéfinis pour que, indépendamment de l’origine des financements et des objectifs propres, ceux-ci s’inscrivent dans un « paysage » global en soutien à l’innovation.

  • Simplification des aides à l’internationalisation des entreprises 

Le 29/10/2015 le GW a adopté définitivement (3e lecture) le projet d’arrêté concernant les aides à l’internationalisation des entreprises. Cette réforme simplifie l’offre de services de l’Agence wallonne à l’exportation (Awex) tout en offrant davantage de flexibilité et de lisibilité aux entreprises, ainsi qu’un paiement accéléré des subsides octroyés. Les entreprises disposent désormais de 5 grands types d’enveloppes d’aides à l’exportation: support de consultance, support de communication, support  à la participation aux foires et salons à l’étranger, support à la mobilité hors Union européenne, support à l’ouverture de bureaux de représentation hors Union européenne.

  • Réorientation des incitants régionaux en faveur des PME et réforme du système d’octroi des aides à l’expansion économique 

Le 29/10/2015 le GW a adopté définitivement (3e lecture) le projet d’arrêté modifiant les incitants régionaux en faveur des petites ou moyennes entreprises permettant de la sorte à ce que les incitants financiers destinés aux entreprises soient repensés à la lumière de certaines priorités : simplification, création d'emplois et croissance.

  • Approbation de nouveaux  projets de Pôles de compétitivité

Entre le 31/12/2014 et le 31/10/2015, 4 appels à projets ont été lancés et ont conduit à la labellisation de 35 nouveaux projets, sur base des recommandations du Jury international. Le tout pour un montant global de 67 millions d’investissements publics estimés. Le nombre total de projets labellisés s'élève donc, au 31/10/2015 à 299 projets (201 projets de recherche, 66 projets de formation et 32 projets d'investissement) pour un montant estimé d’investissement public de 627 millions.

Enfin, lors de la séance du 3 décembre, le Gouvernement a également adopté des notes spécifiques afin de poursuivre la mise en œuvre du Plan, à savoir :

  • Répartition de 100 millions à destination des outils financiers afin de soutenir les entrepreneurs dans leurs démarches et développements
  • Simplification des aides de premier niveau à destination des entreprises afin d’encore mieux répondre aux attentes et besoins des entrepreneurs et leur simplifier la vie

→      AXE 3 – Mobiliser le territoire à destination du développement économique

  • Nouveau décret Sol 

L’avant- projet de décret modifiant le décret relatif à la gestion des sols est passé en 1re lecture ce 29/10/2015. Concrètement, ce décret a pour objectif d’accélérer et de simplifier l'assainissement des sites économiques en reconversion et ainsi de mettre plus rapidement des terrains à destination de l’activité économique. L’entrée en vigueur du nouveau décret est prévue pour septembre 2016.

  • Code de développement territorial 

Un  décret modifiant le code de développement territorial  est actuellement discuté au Parlement. L’objectif du nouveau Code est d’assurer un développement territorial durable et équilibré. Pour atteindre cet objectif, le projet  entend rompre avec la complexité et les contraintes en simplifiant les procédures et en remplaçant les outils figés par des outils souples. Ce nouvel outil devrait permettre de simplifier la vie des porteurs de projets et ainsi d’accélérer encore les retombées socio-économiques. Son entrée en vigueur est prévue en juillet 2016.

  • Infrastructures à destination de l’activité économique

Les travaux d’infrastructures (ZAE, Ports autonomes, Sites pollués, SAR) se sont poursuivis en 2015 pour un montant de presque 55 millions.

A noter également la récente inauguration du Trilogiport, projet emblématique des projets d’infrastructures financés dans le cadre du plan Marshall.

  • Ateliers de travail partagés et des halls relais agricoles

Le 5 septembre le Gouvernement a adopté un projet d’arrêté modifiant les conditions d'octroi des subventions relatives aux halls relais agricoles et déterminant les modalités de leur mise à disposition. Cette modification a pour but de poursuivre le soutien à la création de halls relais et d’ateliers de travail partagé de transformation artisanale ou industrielle pour favoriser l’éclosion et la durabilité d’initiatives privées, avec une attention particulière aux initiatives portées par des coopératives. Par ailleurs, un appel à projets en vue de financer de nouveaux halls relais a été lancé.

  • Rationalisation des procédures d’expropriation 

Le 12/11/2015, le Gouvernement a approuvé les grandes lignes en vue de refondre les lois d’expropriation, la Région wallonne ayant désormais une compétence complète en la matière. Cette refonte devait ainsi permettre de rationaliser et de simplifier les procédures actuelles. Cette refonte prendra la forme d’un décret qui regroupera en un texte unique les phases administratives et judiciaires de l’expropriation.

→      AXE 4 – Soutenir l’efficacité, la transition énergétique et l’économie circulaire

  • Décret relatif à la méthodologie tarifaire applicable aux gestionnaires de réseau pour le soutien à la compétitivité des entreprises

Le 24/09/15 le Gouvernement a approuvé l’avant-projet (1re lecture) de décret relatif à la méthodologie tarifaire applicable aux gestionnaires de réseaux. Cet arrêté vise à garantir un cadre régulatoire stable et prévisible, la transparence et la lisibilité des coûts, un apurement rapide des soldes régulatoires, et un juste équilibre entre tarification proportionnelle et capacitaire.

  • Réforme du système des primes et prêts Energie et Logement (Rénopack et Ecopack) 

Les orientations de ces dispositifs qui entreront en vigueur début 2016, ont été approuvées par le gouvernement le 09/07/2015. Le Gouvernement a ainsi créé trois nouvelles catégories de prêts afin de remplacer l’ancien Ecopack :

  • ECOPACK : prêt à taux zéro pour financer les travaux éligibles à la prime Energie
  • RENOPACK : prêt à taux zéro pour financer les travaux éligibles à la prime Rénovation
  • ACCESPACK : prêt à taux réduit pour permettre l’accès à la propriété et à la conservation d’un premier logement

Cette réforme vient compléter la réforme des « primes énergie » adoptée en mars 2015 par le Gouvernement. L’objectif de cette réforme est double : simplifier les procédures et aider davantage les ménages aux revenus les plus faibles.        

→      AXE 5 – Soutenir l’innovation numérique

  • Plan Numérique et Administration 4.0

Le futur plan numérique sera adopté par le Gouvernement avant la fin de l’année. Élaboré au travers des « Assises du numérique », ce plan traduit l’ambition du Conseil du Numérique : faire de la Wallonie un territoire connecté et intelligent, où les entreprises technologiques sont des leaders reconnus au niveau mondial et les moteurs d’une mutation industrielle réussie et où l’innovation numérique est soutenue au service de la qualité de l’éducation, de l’ouverture des services publics et du bien-être des citoyens.

Pour rappel, le Plan Marshall 4.0 est le plan rassemblant l’ensemble des mesures économiques prioritaires pour le Gouvernement. Pour mettre en œuvre ce Plan, le Gouvernement wallon a débloqué un budget de 2,4 milliards d’euros auxquels s’ajouteront 468 millions d’euros de financement alternatif afin de soutenir des projets d’investissements économiques. Il faut encore noter que des projets en financement alternatif du Plan Marshall 2.vert se concrétiseront sous cette législature à concurrence de 841 millions.

 

 

Un plan piscines pour la Wallonie

Les gestionnaires de piscines font face à un accroissement important des frais de fonctionnement, principalement dû au vieillissement des installations, et aux déperditions énergétiques. De plus, le parc actuel de piscines est insuffisamment rénové.

C’est pourquoi, le Gouvernement wallon, sur proposition du Ministre des infrastructures sportives, René COLLIN a décidé d’accorder une attention particulière aux bassins de natation et a adopté un « Plan Piscines ».

Depuis 2010, 61 infrastructures ont déjà bénéficié d’interventions, soit un budget avoisinant les 45 millions d’euros. En 2015, plusieurs dossiers ont été financés pour un montant total de 5.734.540 €.

Afin de prioriser et d’échelonner dans le temps les investissements de manière pertinente, le SPW Infrasports a été sollicité afin de réactualiser l’étude effectuée en 2009 sur les bases suivantes :

-      état actuel ;

-      l’évaluation chiffrée des travaux potentiels ;

-      l’analyse de leur position géographique par rapport aux utilisateurs potentiels et plus particulièrement les écoles ;

-      un état des lieux pour améliorer la performance énergétique des piscines ;

-      un relevé des piscines privées accessibles au public.

Suite à ce cadastre, il apparaît aujourd’hui que 111 bassins en activité pourraient solliciter un subside de la Wallonie.

Pour chaque site, nous bénéficions désormais d’une description précise des différents postes techniques tels que l’état du bassin, les techniques spéciales et les postes gros-œuvre et finition du bâtiment. Un état estimatif des travaux à réaliser figure également au cadastre.

Enfin, il est également important de préciser que cette rénovation du parc réduirait la note énergétique, à charge des communes, de manière drastique.

Complémentairement au cadastre, le SPW Infrasports, en collaboration avec l’Association des Etablissements Sportifs (AES), a été chargé d’une mission d’identification :

-      des nouvelles pistes technologiques les plus en corrélation avec la durabilité ;

-      des méthodes de contrôle sur l’opportunité et la proportionnalité des travaux envisagés.

Pour soutenir cette mission, l’AES mène une enquête interne auprès de ses membres sur les modes de fréquentation des piscines.

Enfin, la pratique démontre qu’une piscine attire des usagers bien au-delà de ses frontières communales et la gestion des infrastructures devient trop coûteuse pour être supportée par une seule commune. À cet égard, il y aura lieu de promouvoir activement les projets pluricommunaux.

Les crédits classiques visant l’octroi de subsides sont insuffisants pour supporter ces importants investissements, surtout si on veut en accélérer les décisions.

Pour aboutir à un réseau wallon de piscines modernisé et suffisamment dense,  110 millions d’euros ont été mobilisés. 50% des montants seront entièrement pris en charge par la Wallonie sous forme de subsides. Le solde de l’investissement sera soutenu par l’octroi de prêts à taux 0 aux bénéficiaires via le CRAC. L’enveloppe nécessaire sera mise à disposition par un organisme bancaire et un financement partiel par la BEI sera sollicité. Les bénéficiaires rembourseront les amortissements et la Région prendra à sa charge l’ensemble des intérêts. Cette prise en charge des intérêts par la Wallonie équivaut, sur 20 ans, à un complément de subside de 15%.

Montant total des investissements envisagés

110.000.000

100 %

Enveloppes de subsides disponibles

 

50 %

Crédits classiques

25.000.000

 

UREBA Piscines

13.000.000

 

Financement alternatif Sport

17.000.000

 

Total

55.000.000

 

Prêts à taux 0

55.000.000

50 %

L’appel à projet sera lancé fin de l’année 2016.

Les infrastructures sportives de qualité constituent le premier incitant à la pratique sportive. La natation est reconnue comme un apprentissage et une pratique indispensables à chacune et à chacun. René COLLIN s’est résolument engagé dans cette voie auprès de l’ensemble du mouvement sportif afin qu’il dispose des outils nécessaires à la promotion du sport pour tous.

 

COP 21 : Le Gouvernement wallon soutient des projets en faveur du climat et du développement durable en Afrique et en Amérique du Sud

Sur proposition du Ministre wallon Carlo DI ANTONIO, le Gouvernement wallon vient de désigner les lauréats de l’appel FastStart 2015. 5 projets en Afrique et en Amérique du Sud ont été sélectionnés et bénéficieront du soutien de la Wallonie pour un montant global de 1.208.218 euros.

Les projets sélectionnés sont :

þ  Collaboration SWDE SPGE ONEA au Burkina Faso ;

þ  Sarayaku en Équateur ;

þ  Campus vert en République Démocratique du Congo ;

þ  FINCAR en Équateur ;

þ  Nzinga Nzinga en République Démocratique du Congo. 

En 2011, la Wallonie avait décidé de participer au Fonds YASUNI. L’objectif était d’assurer une meilleure protection de la biodiversité unique en Équateur, zone qui est aussi le lieu de vie de peuples indigènes et mis en péril suite à la découverte d’importants gisements pétroliers. Malheureusement, ce Fonds n’ayant pas réuni les budgets suffisants, l’Équateur avait décidé de mettre fin au projet et de rembourser les donateurs.

La Wallonie a souhaité réinvestir ces montants dans d’autres projets de coopération au développement relatifs au développement durable et à la lutte contre le réchauffement climatique. Un appel à projets a été lancé le 29 juin 2015 via l’Agence wallonne de l’Air et du Climat. Un Comité technique de sélection a été chargé de l’analyse des candidatures reçues.  

Détails des projets sélectionnés :

Collaboration SWDE-SPGE-ONEA au Burkina Faso

L’objectif du projet est de contribuer au développement durable et lutter contre les changements climatiques en renforçant les capacités de l’Office national de l’eau et de l’assainissement du Burkina Faso à réduire sa production d’eau ainsi que ses consommations d’énergie et de produits chimiques.  La collaboration avec la Société Wallonne des Eaux et la Société Publique de Gestion de l'Eau portera notamment sur la conception de stations d’épuration d’eaux usées ainsi que la gestion durable des boues. Il s’agit également de contribuer à la résolution de problèmes de pauvreté et de désertification des populations locales au Burkina Faso.

Sarayaku en Équateur

 L’objectif du projet est d’adapter l’agriculture familiale et la gestion forestière aux changements climatiques, de lutter contre la désertification et de reboiser certaines zones.

Campus vert en République Démocratique du Congo

 Ce projet vise à améliorer la sécurité alimentaire et les revenus des populations et à contribuer à limiter la déforestation issue de la production de charbon de bois dans le pays. La pratique de l’agroforesterie sera valorisée. 

FINCAR en Équateur

 Ce projet vise à promouvoir la production locale dans la province de Manabí pour améliorer la qualité de vie des familles paysannes. En particulier, il s’agit de transformer le modèle agricole conventionnel vers un modèle de production agroécologique afin de s’adapter aux changements climatiques.

Nzinga Nzinga en République Démocratique du Congo

 Le projet vise à soutenir et adapter l’agriculture familiale dans la région de Kimbanseke ainsi que la gestion de l’eau par la population pour faire face aux changements climatiques. Il s’agit de promouvoir les droits fondamentaux des enfants et de protéger l’environnement.

 Le Ministre wallon du Développement durable Carlo DI ANTONIO soutient ces projets qui visent à augmenter l’autonomie et la résilience des populations locales tout en respectant les principes de durabilité des projets. Ils permettent un développement économique et social, tout en préservant l’environnement local comme mondial.

 

 

Climat : Engagements de la Wallonie dans le financement international « climat » - la Wallonie affecte 8 millions pour les Fonds internationaux

Sur proposition du Ministre wallon de l’Energie et du Climat, Paul Furlan, le Gouvernement wallon a décidé ce jeudi :

- de verser 7 millions d’euros au Fonds vert pour le climat (contribution de la Wallonie au financement international climat pour l’année 2016).

- de procéder à un versement de 1 million d’euros au Fonds d’adaptation (contribution de la Wallonie au financement international climat pour l’année 2016). Cette somme sera versée si la condition de refinancement collectif est remplie. Dans le cas contraire, ce million sera également versé au Fonds vert pour le climat.

Financement international « climat »

Lors de la COP15 de 2009 à Copenhague, il a été également décidé d’atteindre un financement global de 100 milliards USD par an à partir de 2020. Le texte de négociation préparé en vue de la COP21 de Paris comporte à nouveau un large chapitre sur la finance climatique avec des options assez contraignantes pour les Pays développés.

La réussite de la Conférence de Paris sera donc mesurée non seulement sur l’ambition des engagements de l’accord en matière de réduction des émissions, mais aussi sur l’atteinte de l’objectif des 100 milliards USD par an à partir de 2020.

La contribution wallonne au financement de la solidarité internationale

Les deux instruments les plus connus sont le « Fonds vert pour le climat » et le « Fonds d’adaptation».

Le Fonds vert pour le climat

A la COP15 de Copenhague, il a été également décidé de créer un nouveau fonds dont la vocation est de tenir une place centrale dans le financement climatique à l’horizon 2020 : Le Fonds vert pour le Climat (Green Climate Fund ou GCF).

Ce Fonds a été constitué pour notamment pour assurer le fonctionnement du mécanisme financier de la Convention et pour soutenir dans les pays en développement des projets, des programmes, des politiques et d’autres activités …

Le GCF est devenu opérationnel en mai 2014 et il a été demandé aux Parties de faire des contributions volontaires.

Lors de la dernière COP à Lima (2014), la Wallonie a annoncé une première contribution au Fonds de 1 million d’Euros. Cette annonce va se concrétiser prochainement suite à la décision du Gouvernement wallon du 8 octobre 2015 de transférer le solde du Community Development Carbon Fund (CDCF) de la Banque mondiale vers le Fonds vert (1,5 millions USD).

La décision du gouvernement wallon de ce jour porte sur l’affectation d’un montant de 7 millions d’Euros récurrent à partir de 2016 au Fonds vert pour le Climat.

Le Fonds d’adaptation

Le Fonds d’Adaptation a été établi en 2001 dans le cadre global de la Convention cadre des Nations unies sur le Changement climatique et de la mise en œuvre de son Protocole de Kyoto.

Il est très important pour les pays les plus vulnérables aux effets du changement climatique et très apprécié des pays en développement, car il se distingue des autres fonds internationaux de financement par l’accès direct à ses ressources pour les pays en développement et sa structure de gouvernance ou les pays en développement sont majoritaires.

Lors de la COP19 de Varsovie, les différentes entités belges ont décidé de répondre à l’appel de ce Fonds d’adaptation en promettant 3,25 millions d’euros (Wallonie : 250.000 euros, Flandre : 1.000.000 d’euros Bruxelles : 500.000 euros et le solde pour le Fédéral). A ce jour Bruxelles est la seule entité à avoir versé sa contribution. L’Agence wallonne dispose d’un budget de 250.000 à attribuer en 2015 au Fonds d’adaptation afin de respecter cet engagement.

La décision prise aujourd’hui par le Gouvernement wallon porte sur un nouvel engagement de 1 million d’euros pour 2016, mais sous condition. En effet, bien que ce fonds soit très apprécié des pays en développement, il pourrait disparaître faute de financement.

La Wallonie conditionne donc cet engagement à un refinancement suffisant de manière collective par d’autres pays. Ce point sera attentivement suivi lors des travaux de la COP21. Dans le cas où ce refinancement ne serait pas suffisant, le montant serait également versé au Fonds vert pour le climat.

 

Réseau Santé Wallon - Priorité à la formation des professionnels du secteur et au renforcement de l’échange des données

A l’initiative de Maxime Prévot, Ministre wallon de la Santé, le Gouvernement wallon a décidé de soutenir davantage le développement de la plateforme wallonne d’échange de données de santé « le Réseau Santé Wallon » et d’encourager les professionnels du secteur à l’utiliser de manière plus régulière pour accroître encore davantage la qualité des soins de santé.

Le « Réseau Santé Wallon » (RSW) est une plateforme qui permet l’échange des données de santé entre les professionnels du secteur, pour autant que le patient ait marqué son accord pour y être inscrit. Au travers de ce système, le médecin traitant ou le médecin spécialiste est en mesure d’assurer, dans le respect des règles de déontologie médicale, la continuité des soins du patient partout en Belgique.

Face au succès croissant1 rencontré par le RSW auprès des patients et des professionnels, Maxime Prévot, le Ministre wallon de la Santé, a décidé de renforcer les moyens accordés à deux associations de médecins afin d’optimiser la performance de cette plateforme d’échange électronique.

La Fédération Régionale des Associations de Télématique Médicale² (FRATEM), chargée d’entretenir et de développer le RSW sur le plan technique, verra ainsi sa subvention annuelle passer de 200.000 € à 600.000 €. Les moyens supplémentaires seront consacrés à la poursuite des objectifs suivants :

  • optimisation de la continuité des soins en cas d’hospitalisation à domicile avec, notamment, la création d’un accès aux professions du secteur ambulatoire (infirmiers, podologues …) et au secteur pharmaceutique ;
  • renforcement de l’interconnectibilité du RSW avec les plateformes des autres régions du pays ;
  • sécurisation optimale des données de santé qui y sont enregistrées par les prestataires de soin.

Le Forum des Associations de Généralistes de la Communauté de Belgique (FAG) recevra une subvention de 302.000 € afin d’assurer une mission de sensibilisation et de formation auprès des médecins généralistes wallons. L’objectif est d’attirer davantage de médecins traitants et surtout d’encourager le recours systématique et régulier au Réseau Santé Wallon pour la conservation et la consultation des données de santé individuelles.

Le Ministre Maxime Prévot se réjouit de mettre en œuvre les mesures qui permettront à chacun de pouvoir bénéficier de soins de santé de qualité en Wallonie : « Le développement du Réseau Santé Wallon répond pleinement à l’enjeu du maintien de l’accessibilité à des soins de santé de qualité en l’inscrivant dans une logique « win-win » profitable à l’ensemble des parties concernées : patients, corps médical et pouvoirs publics ».

(1)                                        Entre janvier 2014 et juin 2015, le nombre de patients inscrits a augmenté de 207 % pour atteindre, en septembre dernier, à un total de 463.000 citoyens wallons inscrits. Le nombre de médecins a lui progressé sur la même période de 30 % pour arriver à un total de 7.629 médecins enregistrés. Le nombre de documents partagés au travers de la plateforme a connu une augmentation de 176% sur la même période.

(2)                                        L’asbl FRATEM est une coupole qui réunit différentes associations de médecins généralistes et spécialistes. 

 

PACO - Terminal de Vaulx - Finalisation d’un important chantier de modernisation

A l’initiative de Maxime PREVOT, Ministre wallon des Travaux publics et des Voies hydrauliques, le Gouvernement wallon a octroyé une subvention au Port Autonome du Centre et de l’Ouest d’un montant de près de 730.000 € dans le cadre de la finalisation des travaux relatifs aux boxes de stockage du terminal de Vaulx, le long de l’Escaut.

Le Port Autonome du Centre et de l’Ouest (PACO) vient de mener un important chantier de modernisation visant la réalisation de ces six boxes de stockage, d’une dalle et enfin, de la prolongation du quai existant de 58 mètres, qui permettra d’accueillir, au minimum 3 bateaux de 110 mètres et 1 bateau de 80 mètres.

Les boxes de stockage, mesurant chacun 30 mètres de large  et ayant 35 mètres de profondeur, sont destinés à recevoir notamment des produits agroalimentaires, du sel pour les routes, ainsi que des produits indivisibles, comme des pièces d’éoliennes.

Il est essentiel à présent de mener des travaux de fermeture de ceux-ci, par un bardage métallique, afin de permettre la conservation des produits agroalimentaires en les préservant de l’humidité et des intempéries, et permettra donc d’ouvrir le marché du concessionnaire déjà en place.

La subvention de 730.000 € accordée par la Wallonie dans le cadre de la politique menée par le Ministre Maxime PEVOT vise donc les travaux d’adaptation de la charpente métallique et de fermeture des six boxes de stockage. Le chantier commencera au printemps 2016 et se terminera en été 2016.

Au total, l’ensemble des travaux, représentant un montant de près de 8.500.000 €, subsidiés à concurrence de 7.230.000 € par la Wallonie, a été le fruit d’une étroite collaboration entre le Service Public de Wallonie, Direction des Voies hydrauliques, et le Port Autonome du Centre et de l’Ouest.

Pour Maxime PREVOT, ces travaux du terminal de Vaulx, le 1er rencontrée par les bateaux dès leur entrée en Wallonie, constituent un plus considérable pour le développement économique de toute la région picarde.

 

Restauration de l’ancienne maison d’Edouard de Biolley à Verviers.

Maxime PREVOT, Ministre wallon du Patrimoine, a dégagé un subside de près de 320.000 pour la restauration des façades et des toitures de l’ancienne maison d’Edouard de Biolley, place Sommeleville à Verviers.

A ne pas confondre avec l’hôtel d’Edouard de Biolley situé quelques maisons plus loin, l’ancienne maison d’Edouard de Biolley, ancien Bourgmestre de Verviers dans le courant du 19e siècle, déploie son importante façade sur la place Sommeleville, à Verviers.

Occupé dès la fin du 19e siècle par des religieuses, le bâtiment, de style Louis XV remanié en style empire, est devenu, dans les années 60, la propriété de l’Institut Sainte-Claire. Celui-ci a affecté les lieux à des besoins scolaires et pédagogiques.

Le projet de restauration de l’école concerne la façade, la toiture et les châssis.  Cette rénovation, respectueuse d’un édifice qui a été longtemps malmené, s’inscrit dans un mouvement plus large de revitalisation du quartier et d’aménagements pédestres permettant de rejoindre le centre-ville. 

Le montant de ces travaux s’élève à 480.100 € TVAC subsidiés par la Wallonie à concurrence de 318.990 € TVA et frais généraux inclus,  dans le cadre de la politique du Patrimoine menée par le Ministre Maxime PREVOT.