Communiqués de presse relatifs au Gouvernement wallon du 22 septembre 2016

La Wallonie accompagne les entreprises dans leurs efforts de modernisation et de création d'emplois : concrétisation d'un investissement majeur d'Inbev à Jupille

 Le Gouvernement wallon a validé ce jour l’octroi d’une prime en faveur de l’entreprise AB Inbev dans le cadre d’un investissement de 49,8 millions d’euros qui vise la création de deux nouvelles lignes d'embouteillage innovantes sur le site de Jupille.

"Cet investissement, réalisé avec l'aide de la Wallonie, pérennise de facto l’implantation du site de production liégeois et conforte l’emploi dans la Région", déclare le Vice-Président du Gouvernement et Ministre de l’Economie, Jean-Claude Marcourt.

 Et le Ministre d’ajouter : "Ces nouvelles lignes de production renforcent le rôle du site de Jupille au sein du groupe Inbev. La collaboration entre l’ensemble des parties, direction, travailleurs et  représentants syndicaux, a véritablement contribué à l’établissement des conditions favorables qui débouchent aujourd'hui sur un investissement de 50 millions et la création de 67 nouveaux emplois équivalents temps plein à Liège, au-delà de la consolidation des 509 emplois existants."

 La prime octroyée par la Région s’élève à 10% du programme d’investissement et est subordonnée au respect du maintien de l’activité et de la création de nouveaux emplois.

 

Adoption du Prêt 'Coup de pouce' : un processus participatif au service des petites entreprises wallonnes 

Le Gouvernement adopte définitivement ce jeudi 22 octobre le « Prêt Coup de Pouce » et concrétise un peu plus la mise en œuvre de son plan PME en Wallonie, le Small Business Act.

Le « Prêt Coup de Pouce » est une mesure phare qui incite à mobiliser l’épargne privée au profit de l’économie réelle, à travers un avantage fiscal dans le chef du prêteur. Bien que l’accès au financement se soit amélioré ces dernières années, la situation reste encore complexe pour les petites et jeunes entreprises.

Le « Prêt Coup de Pouce » complète ainsi les différentes mesures initiées par le Vice-Président du Gouvernement et Ministre de l’Economie, Jean-Claude Marcourt, telles que la « Charte bancaire »,  le renforcement des moyens octroyés à la Sowalfin et aux Invests, le lancement de la plateforme « Euroquity », et qui visent concrètement à faciliter l’accès au financement par les PME.

En pratique, dès le 1er octobre, un épargnant qui prête un montant de maximum 50.000 € à un indépendant ou à une PME, active depuis moins de 5 ans, pourra bénéficier, en plus de l’intérêt sur son prêt, d’un crédit d’impôt de maximum 4% par an du montant prêté. La durée du prêt doit varier entre 4 et 8 ans, le crédit d’impôt est de 4% du montant prêté pendant les 4 premières années, et de 2,5% les éventuelles années suivantes.

La PME ou l’indépendant pourra, de son côté, emprunter jusqu’à 100.000 euros auprès de différents prêteurs, dans le cadre de cette mesure. Dans le cas où l’emprunteur devait malheureusement faire faillite pendant la durée du prêt, le prêteur sera tout de même assuré de recevoir son crédit d’impôt pour la durée restante du prêt.

Par exemple, un prêt de 10.000 € pendant 4 ans, permet de recevoir, en plus des intérêts versés (à convenir librement entre le prêteur et l’emprunteur dans une fourchette prédéfinie), un crédit d’impôt total de 1.600 € (4% de 10.000€ par an, pendant 4 ans). Si ce prêt est d’une durée de 8 ans, le crédit d’impôt total sera de 2.600 € (400 € par an pendant les 4 premières années et 250 € les 4 suivantes) 

Un site internet spécifique dédié au « Prêt Coup de Pouce » sera mis en ligne dès ce jour (www.pretcoupdepouce.be). On y trouve une explication détaillée de la mesure, les conditions à respecter, les documents à remplir, ainsi qu’un outil permettant de réaliser des simulations et de pré-remplir les conventions de prêt. Une campagne de communication et de sensibilisation sera aussi lancée dans les jours qui viennent.

Et le Ministre Marcourt de conclure : «  Le « Prêt Coup de Pouce » permet donc un accès au crédit facilité aux jeunes entreprises et indépendants wallons à un taux d’intérêt raisonnable, tout en incitant, à travers un crédit d’impôt, l’épargnant à soutenir l’entreprise. C’est un mécanisme ‘participatif’, qui crée du lien et de la proximité entre prêteur et emprunteur.»

 

Octroi d’une subvention pour le PCDR de Saint-Hubert

Sur proposition du Ministre de la Ruralité, René Collin, le Gouvernement wallon a approuvé l’octroi d’une subvention de 529.072,85 € pour la mise en œuvre, dans le cadre du Programme Communal de Développement Rural de Saint-Hubert, du projet de transformation de la maison de village de la localité d’Awenne. Au fil du temps, cet espace est devenu trop exigu et il ne répond plus aux normes actuelles sur les plans énergétiques et de sécurité.

Le bâtiment existant sera modernisé : isolation, installation d’un chauffage efficace et économique ainsi que d’une cuisine moderne. De quoi permettre une large utilisation de cet espace de vie associatif. L’acquisition de deux parcelles adjacentes, par  emphytéose, permettra la construction d’une annexe.

Pour rappel, le PCDR est un véritable outil de gestion au service des communes afin de les aider à élaborer une stratégie globale de développement communal qui sera cohérente, réfléchie et tournée vers le long terme.

Pour René Collin, le PCDR est un réel outil de développement socio-économique des zones rurales, source de création d’emplois et de liens humains.

 

Approbation du  Programme Communal de Développement Rural (PCDR) de la commune de Daverdisse

Sur proposition du Ministre de la Ruralité, René Collin, le Gouvernement wallon a approuvé le Programme Communal de Développement Rural (PCDR) de la commune de  Daverdisse pour une durée de 10 ans.

Dans le cadre de son opération de développement rural,  la commune s’est lancé un défi : « Gageons qu’en 2026, Daverdisse sera pleinement engagée sur la voie d’un développement endogène, durable, participatif et partenarial ». Six objectifs ont été fixés dans les domaines de l’environnement, de l’économie et du social. Afin de les concrétiser, une série de projets ont été sélectionnés et seront mis en œuvre au cours des dix années de validité du PCDR, dont les 6 suivants à court terme :

Projets matériels :

1.           Aménagement d’une maison de village et de ses abords à Gembes.

2.           Finalisation d’une voie lente vers Bièvre.

3.           Réhabilitation du site de l’ancien presbytère en maison des associations à Haut-Fays.

Projets immatériels :

1.           Entretien et valorisation du petit patrimoine.

2.           Mise en place d’une charte urbanistique et architecturale.

3.           Information et communication sur la gestion durable de la forêt.

L’approbation du Programme Communal de Développement Rural par le Gouvernement wallon ouvre des possibilités d’octroi de subventions pour la réalisation des projets repris dans le programme.

Pour René Collin, le PCDR est un réel outil de développement socio-économique des zones rurales, source de création d’emplois et de liens humains.

 

Vers une certification des installateurs de systèmes d’épuration individuelle

Sur proposition du Ministre Carlo Di Antonio, le Gouvernement wallon a approuvé ce jeudi un projet d’arrêté en 1er lecture relatif à la mise en place d’une certification pour les installateurs de systèmes d’épuration individuelle.

Cette décision s’inscrit dans le cadre de la réforme de l’assainissement autonome des eaux usées voulue par le Ministre Di Antonio et qui a pris forme notamment par l’adoption par le Parlement wallon le 22 juin dernier du décret instaurant la mise en place d’une gestion publique de l’assainissement autonome.

Concrètement, il s’agit de redonner un nouveau souffle à l’assainissement autonome en Wallonie afin de répondre à nos obligations sanitaires et environnementales.

Alors que la priorité a jusqu’à présent été donnée à l’assainissement des agglomérations de plus de 2.000 équivalent-habitant, Carlo Di Antonio souhaite aujourd’hui se pencher sur nos villages, hameaux et autres localités rurales.

Cette certification des installateurs permettra de garantir la mise en œuvre, le fonctionnement et la pérennité de systèmes d’épuration individuelle de qualité. La Confédération de la construction est d’ailleurs partie prenante dans cette démarche.

L’objectif est, tout en laissant le choix de faire appel à un installateur certifié ou non, d’améliorer la qualité des installations en octroyant aux citoyens les avantages suivants :

-             le paiement de primes sur base du principe de tiers-payant où le particulier ne paie que le montant des travaux hors prime qui sera elle directement versée par la SPGE à l’installateur certifié ;

-             l’allègement des contrôles avec la suppression du contrôle à l’installation.

Le projet qui vient d’être approuvé porte sur les conditions d’accès et la procédure d’octroi de la certification. Parmi ces conditions, l’installateur devra être signataire d’une charte de l’installation des systèmes d’épuration individuelle.

Il s’engagera, notamment, à informer et accompagner le particulier afin qu’il dispose de toutes les informations administratives et techniques nécessaires.

Cette certification sera donc également, et avant tout, au profit des particuliers qui ne sont pas toujours mis au courant de leurs obligations et des opérations nécessaires au bon fonctionnement du système installé.